La consommation éco-responsable à portée de main

Comment économiser l’eau au niveau de l’agriculture ?

A l’heure actuelle, les ressources en eau douce de la planète s’épuisent de façon précipitée. L’élevage et l’agriculture sont les deux postes pesant le plus dans la balance avec plus de 70% de la consommation d’eau ! S’il est utile d’économiser l’eau à l’échelle d’un foyer, l’enjeu est donc d’autant plus grand à l’échelle d’une exploitation agricole. Vous possédez un terrain et souhaitez apprendre comment économiser l’eau pour un impact environnemental réduit mais également pour limiter vos coûts ? Vous êtes un particulier souhaitant se renseigner sur le sujet ? Dans tous les cas, cet article vous donnera les clés pour savoir comment économiser l’eau au niveau de l’agriculture.

comment économiser l eau au niveau de l agriculture

Économiser l’eau au niveau de l’agriculture : l’importance de l’irrigation

En matière d’agriculture, c’est bel et bien l’irrigation des cultures qui est le plus souvent en cause. On estime entre 30 et 60% le pourcentage d’eau qui s’évapore avant de profiter à la plante ! Certaines exploitations arrosent par exemple en plein soleil en été et doublent voire triplent le volume d’eau nécessaire à une qualité d’arrosage équivalente, par exemple. La culture du maïs est notamment dévastatrice en matière d’eau. Il est donc plus que jamais nécessaire d’apprendre à mieux gérer cette ressource. En plus, agriculture intensive et élevage étant directement liés, en agissant sur la gestion des exploitations on contribue aussi à faire bouger les choses de l’autre côté de la balance.

Et pour apprendre comment économiser l’eau au niveau de l’agriculture, la modernisation des infrastructures hydrauliques est d’un enjeu essentiel.

La micro-irrigation, un procédé d’avenir pour économiser l’eau

Comme son nom l’indique, ce procédé relâche de très petites quantités d’eau en continu de par son débit très faible. On l’appelle également goutte-à-goutte ou encore irrigation à aspersion, et ce système permet d’économiser sans conteste de grandes quantités d’eau à chaque saison. Pourquoi ? Parce que l’eau est ici renvoyée vers les racines de la plante directement. Celle-ci est donc parfaitement hydratée et l’eau ne se « perd » pas au niveau des feuillages en surface. L’efficacité liée à l’application de l’eau atteindrait ici les 95% contre 70 à 80% en moyenne pour un système d’irrigation à couverture complète, du fait d’une pression et d’un débit optimaux. Le rendement est similaire, mais les économies en eau et en énergie sont considérables ! Malheureusement, ce système est encore trop peu répandu en France (5% seulement des exploitations l’utilisent) du fait de son coût un peu plus élevé et de son entretien plus contraignant. L’espacement des différents sprinklers doit également être mesuré très précisément pour une efficience maximisée.

Il s’agit toutefois d’une solution idéale (et économique) si vous souhaitez améliorer durablement l’efficience et la durabilité de votre installation. Soulignons également que la micro-irrigation permet également de réaliser des économies d’énergie et dispose donc d’un double impact positif sur l’environnement.

Économiser l’eau nécessaire à l’irrigation : quelques bonnes pratiques

L’eau dans le domaine agricole est en tous points essentielle dans le rendement des exploitations et la qualité des produits. Mais à l’heure actuelle, celle-ci est également beaucoup gaspillée du fait de processus pas suffisamment optimisés ! Qu’il s’agisse d’un système d’irrigation à micro-aspersion au goutte à goutte ou encore à pivot, comment très concrètement économiser l’eau ?

  • En amont, l’analyse du terrain. Les besoins des cultures doivent bien sûr être aussi pris en compte, mais pas que ! Il faudra également déterminer les caractéristiques d’absorption du sol, l’inclinaison de la parcelle…  En fonction de l’existant, il s’agira de comprendre quelle quantité d’eau est vraiment nécessaire à la bonne gestion des récoltes au fil des saisons et l’horaire idéal d’irrigation en fonction de l’évapotranspiration. Exit les flaques d’eau stagnantes de part et d’autre du terrain !
  • Le dimensionnement optimal du système d’irrigation, pour ne pas pomper plus d’eau que nécessaire et s’assurer d’une efficience optimale. Pour éviter tout gaspillage, pourquoi ne pas jouer sur le débit des jets d’eau ? Il est possible de les conditionner différemment en fonction du vent et du climat au long des semaines, par exemple. En les commandant à distance, il est également possible de planifier différentes puissances en fonction des parcelles du terrain. Et oui ! A l’heure actuelle, il est possible de commander très simplement à distance son système d’irrigation pour une précision idéale de l’apport en eau et une meilleure préservation environnementale. Boîtier de commande programmable relié à des électrovannes, capteurs météo ou encore capteurs d’humidité servent par exemple à déterminer si de l’eau supplémentaire est ou non nécessaire à cette période de la journée ou du mois.
  • La récupération de l’eau de pluie. Pourquoi ne pas installer de grandes cuves munies d’une pompe pour récupérer l’eau de pluie ? Celle-ci pourrait ensuite servir non seulement à l’irrigation mais également à l’abreuvage de votre bétail, par exemple.
  • La maintenance de vos équipements. La maintenance des systèmes d’irrigation est l’une des mesures préventives phares contre le gaspillage de l’eau. Tout comme pour la robinetterie d’un particulier, le système d’irrigation peut lui aussi s’encrasser et rouiller jusqu’à se rompre ou accueillir une fuite. Effectuer une maintenance à intervalles réguliers vous permet de minimiser les risques de fuite ou de surconsommation. Adoptez dès maintenant les bonnes habitudes en programmant la maintenance de vos équipements avant le début de votre saison d’irrigation !
  • L’installation de brises-vents. Cette solution très simple peut représenter une aubaine pour limiter l’évaporation de l’eau de l’irrigation et lui permettre de se répartir de façon uniforme sur la parcelle.

Dans cet article, nous avons abordé plusieurs éléments en réponse à la question « comment économiser l’eau au niveau de l’agriculture ? ». A vous désormais de sélectionner les mesures qui semblent s’adapter à votre contexte et à entreprendre de réelles actions pour les implémenter. En tant qu’agriculteur, votre rôle à jouer est double si on le compare à celui du particulier lambda. Entamez dès maintenant une nouvelle démarche pour préserver votre futur ! Votre porte-monnaie quant à lui vous dira aussi merci.

A lire également :