La consommation éco-responsable à portée de main

Chauffage écologique dans sa maison

Vous souhaitez disposer d’une solution de chauffage écologique dans votre maison ?Pour une construction neuve ou une rénovation, le sujet du chauffage est capital. En complément d’une bonne isolation, choisir un système adapté à votre localisation, la surface de votre logement et vos habitudes est très important. Comment s’y repérer ? Nous avons passé au crible pour vous plusieurs solutions afin de répondre à la question suivante : quel est le meilleur mode de chauffage écologique dans sa maison à choisir ?

Le principe d’un chauffage écologique

De quoi parle-t-on lorsque l’on évoque le concept de chauffage écologique ? Le principe d’un chauffage écologique est qu’il ait un impact réduit sur l’environnement. L’idéal étant de trouver une solution qui possède un impact nul, ou même profite à la nature.

Le chauffage écologique doit a minima être un équipement dont l’utilisation de l’énergie est réduite et optimale.

  • Il faut éviter les solutions de chauffage qui utilisent une énergie dont l’extraction ou la production est polluante. C’est le cas du gaz, du fioul ou de l’électricité d’origine nucléaire ;
  • Il faut également ne pas avoir recours à un système qui génère du carbone ou des particules fines afin de véritablement avoir un chauffage écologique.

Comme nous venons de le voir, un chauffage aura nécessairement un bilan carbone lié à la consommation d’énergie et à son transport ou à son fonctionnement directement. Le défi consiste à trouver la solution la plus « propre » ou la « moins mauvaise » pour se chauffer.

Écologie : les solutions de chauffage à éviter

Très répandu, le chauffage électrique n’est pas une solution de chauffage écologique pour votre maison. Même les appareils à basse consommation avec une inertie ou un fluide caloporteur ne sont pas satisfaisants sur le plan environnemental. Le rendement énergétique n’est pas optimisé et ces appareils contribuent fortement à l’effet de serre.

La généralisation du chauffage électrique dans de nombreux logements entraîne des pics de consommation à certaines heures en plein hiver. La demande devient alors trop forte, nécessitant une production importante génératrice de pollution. Il est essentiel à l’échelle nationale (et même européenne) de disposer d’un mix énergétique plus équilibré avec un recours au chauffage électrique limité.

Est-il pertinent de se tourner vers une chaudière à basse température ou à condensation afin de disposer d’un chauffage écologique ? En partie. Ces appareils ont une consommation bien moins importante que les chaudières classiques mais le recours aux énergies fossiles ne permet pas d’en faire un chauffage véritablement écologique. Le recours au gaz ou au pétrole entraîne la production de gaz à effet de serre lors de la combustion.

Preuve que ces énergies ne sont pas durables, les chaudières à gaz, à charbon ou encore au fioul ne sont désormais plus autorisées dans les constructions neuves (à la suite des contraintes imposées par la RE 2020, applicable à partir de 2022).

Écologie : les solutions de chauffage à privilégier

Le bois peut constituer une énergie écologique et s’inscrivant dans une démarche durable. Ainsi, pour votre chauffage, vous pouvez vous orienter vers un poêle à granulés ou encore un poêle à bûches.

Le poêle à bûches est un appareil dont la technique n’a cessé d’évoluer. Il s’agit d’un mode de chauffage classique, utilisé depuis des générations, facile à mettre en place en maison. Un chauffage économique pour une diffusion de chaleur douce dans tout le logement. En quoi s’agit-il d’une production de chaleur écologique ? Certes, le bois libère du CO2 lors de sa combustion mais les arbres utilisés pour produire des bûches ont capté ce CO2 pendant leur vie. En utilisant ce postulat, on dit que le bilan énergétique du bois est nul, la combustion étant « compensée » par la captation.

Poêle à bûches

Une alternative au poêle à bûches existe avec les poêles à granulés. Les appareils qui utilisent des granulés comme combustible ont un coût plus élevé, mais de véritables atouts. Le rendement est optimal et les granulés sont issus de chutes de bois. Il s’agit d’une solution de chauffage qui permet une valorisation des déchets avec une faible empreinte environnementale !

Selon votre situation géographique, vous pouvez avoir recours à des panneaux solaires. Ces panneaux solaires thermiques sont installés sur le toit de votre habitation et transmettent leur chaleur via un fluide caloporteur au circuit de chauffage central. Vous pouvez alimenter ainsi un plancher chauffant ou chauffer l’eau transmise ensuite à une chaudière avant que le tout ne pénètre dans le circuit de chauffage. Malheureusement, l’énergie solaire ne permet pas de satisfaire aux besoins en chauffage d’un foyer à 100 %. Un équipement d’appoint est souvent recommandé. De plus, les travaux nécessaires et le coût en font une solution à privilégier pour les constructions neuves plutôt qu’en rénovation.

Enfin, pour vous chauffer, vous pouvez avoir recours à une pompe à chaleur (PAC). Celle-ci utilise le principe du transfert de chaleur en captant dans le sol ou dans l’air des calories restituées ensuite dans le logement. Les pompes à chaleur ne sont pas adaptées à tous les environnements, mais fonctionnent très bien lorsqu’il existe une faible différence de température entre l’air capté et l’air restitué.

La pompe à chaleur ne peut pas toujours apporter une solution de chauffage complète et il peut être nécessaire d’avoir recours à un appoint.

À savoir : au-delà des appareils de chauffage et des équipements qui permettent d’alimenter votre réseau de chauffage, c’est l’origine de l’énergie que vous utilisez qui peut contribuer à faire de votre chauffage un chauffage écologique. Ainsi, vous pouvez utiliser des panneaux photovoltaïques qui vont produire de l’électricité, alimentant ensuite votre système de chauffage (pour faire fonctionner la pompe à chaleur ou alimenter en énergie les radiateurs présents dans votre logement). Vous rendrez votre logement plus économe et propre.

À lire également :